village Afrique eaux stagnantes

Organisations nationales et internationales

L'impact sanitaire et économique du moustique

Le moustique est un vecteur important de nombreuses maladies et met en péril la santé et l'économie de régions entières. Qista permet une démoustication de grande envergure à la fois efficace et totalement écologique.

Protégez les êtres vivants

Des épidémies lourdes de conséquences sanitaires et économiques pour des pays entiers.

Partout dans le monde, de nombreuses maladies infectieuses sont transmises à l'humain ou à l'animal par simple piqûre de moustiques. Elles représentent un réel danger pour la santé de populations entières et le développement des pays touchés. Les solutions sont coûteuses et parfois polluantes et le réchauffement climatique ne fait qu'augmenter le risque sanitaire.

C'est dans le but de lutter efficacement contre le moustique, quelle que soit la région du monde et l'envergure de la zone à traiter, que Qista a développé sa solution de démoustication à grande échelle, totalement respectueuse de l'environnement.

La solution anti-moustique de Qista permet de protéger les populations des épidémies, sans aucun danger pour l'homme et les écosystèmes.

Afrique Ethiopie enfants

Enjeux sanitaires

Responsable de pandémies, le moustique est présent sur les 5 continents et touche les lieux de vie de plus de la moitié de la population mondiale.

Dans de nombreux pays, le moustique est synonyme de propagation de maladies mortelles et de dépenses financières considérables pour le traitement des malades. A lui seul, le moustique cause plusieurs centaines de milliers de morts chaque année. Selon l'OMS, il existerait 390 millions de cas de dengue chaque année.

En 2015, le paludisme (malaria) a causé 429 000 morts*.

L'OMS recommande alors de mettre en place des stratégies de lutte antivectorielle afin de prévenir ou réduire la transmission de ces maladies.

  1. La lutte préventive (individuelle ou communautaire) permet de limiter le nombre de gîtes larvaires et donc la reproduction des moustiques à proximité des lieux de vie. Mais elle présente des limites dès lors que les moustiques ont l'opportunité de se reproduire en milieu naturel.
  2. L'élimination des moustiques à l'état larvaire ou adulte (lutte curative) à l'aide d'insecticides réduit nettement le nombre d'individus risquant de transmettre des maladies. Mais ces traitements ne sont pas dénués de conséquences : en effet, certains produits sont toxiques pour les hommes ou les animaux, d'autres polluent et dégradent les écosystèmes. Le ciblage même de ces produits est remis en cause car ils détruiraient des larves d'autres espèces inoffensives. Mais aujourd'hui, le moustique présenterait également une résistance à certaines classes d'insecticides, les rendant progressivement inefficaces .

    Outre les risques sur la santé des hommes et des animaux et les dégâts sur les écosystèmes, ces luttes chimiques contre le moustique peuvent s'avérer très coûteuses et pas toujours durables.

* Selon l'OMS
Source de la carte : World Malaria report 2014

Focus maladies

Partout dans le monde, le moustique est à l'origine de maladies virales ou parasitaires. Et bien que ces maladies concernent majoritairement des cas de transmissions de l'Homme à l'Homme via le moustique, certaines peuvent également être transmises de l'animal à l'homme ou inversement, toujours par le même vecteur.

D'après une étude parue en 2016 dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet, le coût total annuel de la dengue approcherait 8 milliards d'euros.

Voici les principales maladies étudiées :

En plus d'une démoustication des zones d'habitation, une attention particulière peut être apportée à la lutte contre le moustique autour des établissements de santé pour éviter la propagation des maladies transmissibles par le moustique.

La réponse de Qista

Qista répond doublement aux problématiques sanitaires et aux recommandations de lutte antivectorielle de l'OMS :

    1. Contrôle des vecteurs de maladie : la baisse du nombre de moustiques entraîne une forte réduction de la transmission des maladies vectorielles
    2. Protection de l'humain et des ressources : totalement non toxique, la solution Qista préserve les populations et l'environnement des expositions aux produits chimiques habituellement utilisés dans la lutte antivectorielle

Avec Qista : chute de 91,2 à 10,2 piqûres par heure*

Soit 88% de nuisances en moins.

*Source : Dr. Brigitte Poulin, Institut de recherche de la Tour du Valat

Medecin humanitaire en afrique soignant un enfant

Le moustique : l'ennemi mondial

Le moustique, dont notamment le moustique tigre (Aedes Albopictus ), est l'animal qui transmet le plus de maladies sur la planète.

Les fondations et les organismes les plus grands qui œuvrent au plan sanitaire ont l'insecte dans le collimateur. Et pour cause ! Les maladies qu'il véhicule sont présentes dans plus des 2/3 des pays dans le monde et sont à l'origine de graves épidémies mortelles, avec de lourdes conséquences économiques.

Tous les acteurs de la lutte anti-moustique s'accordent sur la nécessité de réaliser des efforts soutenus et prolongés pour limiter les crises épidémiques : les solutions ponctuelles (fumigation, moustiquaires, répulsifs...) ne suffiront pas.

Mais malgré les recommandations stratégiques de l'OMS et les programmes de lutte mis en place sur les 5 continents, le moustique continue de proliférer et devient de plus en plus résistant aux insecticides utilisés.

développement du moustique : adulte, larve et nymphe

Enjeux agroéconomiques

La présence du moustique sur la planète pourrait passer pour un simple désagrément de confort dans certaines régions plus septentrionales, s'il n'était pas aussi une véritable nuisance au développement agroéconomique.

La prolifération du moustique présente 3 problèmes économiques majeurs :

  • La propagation de maladies qui ravagent les cheptels et contaminent les produits issus du bétail (la viande, le lait, etc.) et affaiblissent les forces de production humaines
  • L'infestation par l'insecte empêche la viabilisation et la valorisation de certaines zones urbaines ou agricoles. De nombreux terrains sont inexploitables à cause de la présence du moustique et le développement des villes en est considérablement freiné.
  • Les moyens de lutte anti-moustique de grande envergure employés jusqu'à présent représentent un coût très élevé pour une efficacité relative.
Focus économique

Dans son ouvrage “La lutte contre les moustiques nuisants et vecteurs de maladies ”, Frédéric Darriet, entomologiste médical à l'Institut de Recherche pour le Développement, explique que l’association moustique / maladie / homme est un véritable problème pour l’humanité et nuit au développement économique des zones affectées :

« Les maladies ont toujours eu un impact négatif sur les activités économiques d’une région. Un homme malade ne peut plus cultiver son champ ou tout simplement se rendre à son lieu de travail. Il s’installe une souffrance humaine qui se répercute sur le revenu familial qui lui-même, conditionne la ration alimentaire, l’hygiène et le confort de tous les jours.

Cette situation, lorsqu’elle se prolonge entraine un affaiblissement de la cellule familiale ou de la communauté villageoise toute entière. »

A l'échelle d'un pays, il est facile d'imaginer que la transmission de maladies vectorielles par le moustique représente une réelle baisse des forces de production et freine considérablement le développement des zones urbaines ou agricoles.

La réponse de Qista

La solution Qista s'inscrit dans une démarche agroéconomique et écologique engagée :

  1. Qista permet la viabilisation et la valorisation des terrains et des exploitations agricoles, grâce à son action durable qui contraint la reproduction du moustique
  2. la solution Qista offre des conséquences économiques positives : pas besoin de protection, pas de décontamination, pas de jachère, et un respect total de la biodiversité, génératrice de valeur

D'après le Haut Conseil des Biotechnologies, juin 2017 , “ des pertes de points de croissance économique (de 1 à 3 points par an) sont imputables aux maladies provoquées par les moustiques. ”

La lutte écologique contre les moustiques par Qista est donc un investissement économique générateur de croissance.

solution anti-moustique à grande échelle : simulation d'installation borne Qista
Le concept Qista

Une solution de démoustication professionnelle brevetée, écologique et durable.

Les bornes de démoustication Qista simulent la présence humaine pour attirer et piéger les moustiques. Chaque borne peut couvrir un rayon d'action jusqu'à 60 mètres (soit une superficie d'environ 1 hectare) et l'on peut protéger ainsi en série de très grands espaces.

Protection à grande échelle

Qista permet aux organisations sanitaires de démoustiquer des zones étendues sans impacter les écosystèmes et sans danger pour l'homme.

Pour créer de véritables barrières de protection et repousser le moustique autour d'une ville ou d'une ferme, les bornes peuvent être installées à intervalles réguliers en bordure entre la zone à protéger et celle de reproduction des moustiques.

Ce contrôle du moustique à grande échelle permet une très forte réduction du taux de piqûre : -88% selon l'étude réalisée en 2015 par le département Ecosystèmes du Centre de recherche de la Tour du Valat. La baisse considérable du nombre de piqûres de moustiques entraine de fait une diminution de la transmission des maladies.

En savoir plus sur l'étude

Vous avez un projet ?

Vous souhaitez en savoir plus sur la technologie Qista ?

Nos experts sont disponibles pour une présentation personnalisée, et vous assistent pour préparer un projet de démoustication de grandes étendues, pour une implantation dans le monde entier.

+33 (0) 806 110 640 (prix d'un appel local) contact@techno-bam.com

Veuillez patienter...

La produit a été ajouté à votre panier.


Voir le panier

Le produit a été supprimé du panier.


Voir le panier